Couverture souple, sérigraphiée en blanc sur papier noir 260g, l’intérieur est imprimé en numérique noir et blanc sur papier recyclé non coloré 90g, livre relié cousu à la main en 6 cahier de 24 pages, taille du livre: 18,5 x 27 cm, 6 exemplaires, avril 2012

L’espace et la graphie. C’est peut être la manière de dire l’espace, comme concept, comme prétexte- pré-texte. C’est la distance entre les individus, celui qui les sépare et les relie, ce lieu, ce vide, cet interstice est aussi une limite. Un intervalle entre les gens, qui s’emplit de toutes leurs différences et des relations qui se tissent entre. Je raconte mes mythes, parce que mes histoires sont aussi les leurs, les vôtres, sur un même seuil. Parce que c’est une manière de réfléchir sur le monde, sur ce qui m’entoure, sur une question d’appartenance et d’intégration. C’est là que le «à part» se trouve, sur peut être une incompréhension. Nous sommes tous incompris et du coup à part, mais on ne peux pas être compris chacun dans la relation à l’autre c’est alors là que se trouve l’espace. L’espace graphique où je pose des questions…